FOIRE AUX QUESTIONS

La maladie d’Alzheimer est une pathologie complexe qui entraîne un dysfonctionnement des connections entre neurones. Elle a pour conséquence une altération des facultés cognitives telles que la mémoire, le langage, le raisonnement ou encore l’attention. Mieux la comprendre, étudier son évolution, identifier ses causes et ses facteurs de risques, sont autant d’éléments indispensables à la mise au point de traitements efficaces. Mais il existe aussi d’autres maladies, dites « apparentées ».

A l’origine, la maladie d’Alzheimer n’est pas héréditaire. Elle est la résultante de phénomènes neurobiologiques anormaux (cascade amyloïde et accumulation de protéines dans le cerveau). Toutefois, il existe de rares cas représentant 1% des patients qui développent une forme d’Alzheimer héréditaire. 

La forme héréditaire de la maladie se distingue par la précocité de la survenue des lésions et de l’apparition des symptômes. Elle se déclare généralement entre 50 et 65 ans et est de type autosomique dominante (se transmet de génération en génération). Les recherches dans le domaine ont permis de mettre en évidence la responsabilité de la mutation de trois gènes : PSEN1, PSEN2, APP. La symptomatologie est souvent marquée par des problèmes de mémoire mais peuvent aussi concerner précocement le langage, la production de gestes et les capacités d’analyse visuo-perceptives et/ou visuo-spatiales, contrairement aux formes sporadiques de la Maladie d’Alzheimer dont ces troubles se manifestent plus tardivement.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page du Centre National de Référence de la Maladie d’Alzheimer Jeune au sujet des formes héréditaires : http://www.alzheimer-genetique.fr/patients

Réponse du Dr Nicolas Villain :

Réponse de Joël Bonheur, neuropsychologue :

Réponse de Joël Bonheur, neuropsychologue :

En réalité, l’âge importe peu. Si vous constatez avoir des troubles de mémoire fréquents et gênants dans le quotidien et que cela vous inquiète, nous vous conseillons dès à présent d’en parler à votre médecin traitant afin qu’il vous indique la marche à suivre. Celui-ci pourra vous orienter vers un centre hospitalier pour une consultation mémoire ou bien auprès d’une neuropsychologue exerçant en libéral. 

Il est à préciser que la mémoire est fragile et vulnérable. Ainsi, la fatigue, le stress, le manque de concentration et d’attention, les troubles du sommeil (syndrome d’apnée du sommeil) ou bien des soucis personnels (dépression, anxiété) peuvent engendrer des oublis dans le quotidien. Par ailleurs, des antécédents de traumatismes crâniens ou d’accidents vasculaires cérébraux peuvent également générer des problèmes de mémoire sans qu’ils soient le signe d’une maladie neurodégénérative de type Alzheimer.

Si vos doutes persistent, la prudence est préférable. N’attendez pas, parlez-en à votre médecin.

Réponse du Dr Stéphane Epelbaum :

Réponse de la chercheuse Florence Clavaguera :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Stéphane Epelbaum :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Selon plusieurs études, l’apparition des symptômes de la maladie d’Alzheimer pourrait être retardée dans 30% des cas grâce à une prévention de certains facteurs de risques. Pour en savoir plus : https://alzheimerprevention.info/

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :

Réponse du Dr Olivier de Ladoucette :